Textes et poésie

§ Serpents : le mythe raconté par la grand-mère.

La petite fille s’installa confortablement dans son lit douillet, et ouvrit grand ses oreilles.
Grand-Serpent-Blanc installé tel un Boa de plumes, sauf que lui est écailleux, au cou de Grand-Mère-Serpentine. Cette dernière pris une grande inspiration, enfonça ses lunettes jusqu’en haut de son nez, expira, puis commença à conter :

« Après que Issira, déesse des Mages-Guérisseuses, eu créé le Jardin-Magnifique, elle extirpa puis divisa en deux son Cœur divin. Elle sculpta une des moitiés, donnant naissance à Krô, le Serpent-Dieu.
Son Divin-Ami était différent d’elle, il n’avait ni bras ni jambes mais, en revanche, il était recouvert de magnifiques écailles multicolores changeantes qui rappelaient un Arc-en-Ciel toujours renouvelé.
Krô voulu remercier Issira pour le cadeau qu’elle lui avait fait en lui donnant l’Existence, mais n’ayant pas de mains il ne savait comment procéder. En revanche il avait une Imagination-Divine sans limite
et aimait le Beau, tout comme Issira.
Krô souffla une idée à sa Divine-Amie, qui, en honneur au bonheur que lui procurait la présence de son Compagnon accepta. Issira modela de ses mains, guidée par l’imagination fertile du Dieu-Serpent, le Magnifique-Pommier au Pommes-D’Or. L’arbre gigantesque trônait au milieu du Magnifique-Jardin et était divinement admirable.

– Cet arbre, ma chérie, représente la connaissance de l’Art-de-Guérison des corps et des âmes et la Sagesse-des-Mages, il est …
– je sais Mamie-Serpentine, tu me l’as dit pleins de fois, continue l’histoire s’il te plaît.

Dans chacune des Pommes-D’Or nichait un petit être que la Divine-Issira voulu à l’image de Krô son Compagnon. Chacune de ces créatures était d’une magnifique couleur irradiante, brillante et scintillante.
Le Serpent-Dieu fut touché et ému par l’intention de sa Divine-Amie et promis de protéger immuablement et éternellement cette œuvre commune, le Pommier-d’Or, ainsi que ses fruits où nidifiaient ces êtres qui lui ressemblaient. Il en devint le Gardien, s’enroula autour du tronc du Magnifique-Pommier et y resta.
Pour remercier Krô de garder si précieusement le Pommier-Magnifique, elle décida qu’à chacune des Mage-Guérisseuse du Monde-Terre sera lié un compagnon protecteur, un des petits serpents nichant dans les Pommes-D’Or.
C’est de cet arbre que sont nés les Serpents-Compagnons et c’est au sein de ses fruits qu’ils retournent entre deux incarnations de leur Compagne-Mage-Guérisseuse, en attendant que celle-ci vienne les chercher. Ils y goûtent un repos bien mérité et s’y ressourcent entre deux vies sur le Monde-Terre.
Lorsque le Serpent-Compagnon meurt sur le Monde-Terre, en même temps que sa Compagne-Mage-Guérisseuse, il renaît dans une pomme et attend que celle-ci le re-rencontre dans le jardin, et qu’elle accepte de renouveler le pacte avec lui. Chacun des Serpents-Compagnon, redevenu serpenteau, attend pour renouveler le pacte avec elle et la protéger sur le Monde-Terre.
Pour physiquement représenter le pacte, la jeune Mage apporte avec elle une pierre précieuse bénie de telle manière que celle-ci passe la barrière entre les deux mondes, le Monde-Terre et l’Au-Delà. Lorsque la reconnaissance s’est faite entre les deux compagnons, la jeune Guérisseuse tend la pierre et le serpenteau l’avale, celle-ci se niche en lieu et place de son cœur.

– Tu sais, ma chérie, Le Jardin-Magnifique est un havre de paix et de connaissance pour toute Mage-Guérisseuse.
– euh … ? on fait comment pour y aller au Jardin-Magnifique, moi je veux le voir le Super-Pommier avec les petits serpents.
– Mon petit serpenteau, le jour de tes sept ans, je t’y accompagnerais pour que tu y rencontres ton Serpent-lié, puis tu devras en retrouver le chemin toi-même, pour pouvoir y retourner chaque fois que tu en auras le désir ou le besoin pour te poser et te ressourcer au sein du Magnifique-Jardin. Tu y seras toujours la bienvenue et la Déesse Issira t’y accueillera à bras ouverts !
– mais, comment je le retrouverais sans toi ?
– Il est inscrit au fond de toi dans ton Cœur. Et ce, depuis avant même ta naissance. Allez, je continue ?
– Ouiiiii !

En hommage au Serpent-Dieu protégeant l’arbre de la déesse Issira veillant sur les Mages-Guérisseuses, l’emblème de la guérison-par-une-mage est un serpent enroulant un bâton fait de bois de pommier. Cet emblème est porté par toute mage détentrice de la connaissance des Arts-de-Guérison et de la Sagesse-des-Mages.
le Serpent-Compagnon incarne la spiritualité de la Mage quand elle est en son corps physique, il est son médiateur Monde-de-l’Au-Delà, celui des esprits où le corps physique ne peut se rendre. Le Serpent-Compagnon veille sur sa Guérisseuse lorsqu’elle se déconnecte du monde matériel, il la protège alors qu’elle est physiquement vulnérable, notamment lorsqu’elle médite ou qu’elle dort. Ils sont en contact permanent l’un avec l’autre, ils ne se quittent plus. Leur lien est indestructible et immuable.
Sur le Monde-Terre, les prêtresse sont protégées par leur compagnon et par la crainte qu’ils inspirent.

– Voilà ma chérie, ce sera tout pour ce soir !
– Oh Mamie-Serpentine, il est pas tard et je n’ai pas sommeil en plus ! Dit la petite fille en baillant et en clignant des yeux.
Dis mamie, c’est pour ça qu’il est avec toi Grand-Serpent-Blanc ? Et moi, j’aurais un compagnon aussi quand je serais sage comme toi ?
– oui mon Ange, mais c’est un secret d’accord ? Entre eux, toi et moi.
Tu es déjà sage mon Amour et il t’attend … »

La petite fille venait de s’endormir un joli sourire dessiné sur son visage d’enfant à la veille de ses 5 ans.
En cette belle nuit de Décembre, elle fit un beau rêve au cours duquel elle se rendit au Jardin-Magnifique, mais elle n’y était pas seule …
« Quand deux cœurs n’en forment plus qu’un, qu’aucun des deux ne s’oublie … », phrase qu’elle entendit puis oublia emportée par les songes doux d’une enfant.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *